L’aïkido au coeur d’un manga – EVIL HEART

La violence a brisé la famille Masaki et a conduit la mère en prison. C’est donc seuls et marqués à vie que cohabitent Umeo et sa sœur aînée, Machiko.

Élève bagarreur, Umeo est assez mal dans sa peau. Un jour, alors qu’il entrouvre la porte du gymnase de son collège, il tombe sur un entraînement d’aïkido.
Fasciné, il imagine que cet art martial japonais pourrait le rendre plus fort que tout le monde !
Il fera ainsi la connaissance du Professeur Daniel,  qui l’invitera à canaliser sa colère et à chercher sa voie. Mais peut-on sortir de la spirale de la violence ?

EVIL HEART – イビルハート – de Tomo Taketomi – Editions KANA
est une série courte, percutante, avec une approche originale du sport en tant que philosophie… à découvrir d’urgence ! Un exemplaire de ce manga circule dans le club… demandez le !

Une définition parmi d’autres

Lors d’une Interview, Daniel Toutain – 6e dan Iwama – définit ainsi l’aïkido :
« Le but de l’Aïkido est de s’harmoniser avec l’autre. Mais attention il y a souvent confusion, beaucoup de gens demandent à l’autre de s’harmoniser à soi 🙂 … Il y a un déjà là un faux départ.
Le but de l’Aïkido est de s’harmoniser à l’autre. Cela signifie qu’il faut s’adapter à une situation dont on ne peut pas changer les circonstances. Si on transpose cela dans la vie de tous les jours il est évident qu’on ne peut pas modifier les évènements. Par contre on peut changer sa façon d’y répondre, d’y réagir. C’est là qu’interviennent les principes de l’Aïkido.
Et les techniques sont là pour comprendre comment procéder. L’aspect physique est symbolique mais permet à force de répétitions, de travail, d’intégrer dans l’inconscient des principes qui seront spontanément appliqués dans la vie de tous les jours. Parce qu’en situation d’urgence on ne réagit pas avec ce que l’on a compris mais avec ce que l’on a complètement intégré au fond de soi.
La moralité de l’Aïkido est de répondre à la violence par la non-violence. C’est un art martial mais qui est non-violent. Ce ne sont donc pas des techniques qui doivent être efficaces pour détruire l’autre. Ce n’est absolument pas le but de l’Aïkido.

L’Aïkido est une voie de réalisation personnelle. C’est pour cela qu’avec l’Aïkido on ne peut pas dire qu’on a un objectif précis à atteindre. Ce n’est jamais fini, c’est une remise en question et une recherche de progrès permanents puisque c’est par rapport à soi et non pas aux autres que l’on travaille. Le Fondateur disait que l’Aïkido est comme le miroir de soi. Mais il ne faut pas confondre, pas un miroir pour s’admirer 🙂 . Un miroir pour se corriger, pour s’améliorer. »

Et vous qu’en pensez-vous ?

Les règles à respecter

position "seiza"
position « seiza »

Notre fédération définit une charte de comportement, une étiquette du dojo en 23 règles : le Reishiki.
A la lecture, en comparant à ce qui se fait dans notre club, vous trouverez peut-être ce règlement un peu sévère, voire austère. Il convient de garder à l’esprit que même si nous avons une application assez « relâchée » de ces règles « entre nous », il est important de les appliquer lorsque l’on est invités chez des amis 🙂 (stages, passages de grade, etc.).

Voici lesdites règles :

  1. Saluez en montant sur le tatami et en le quittant.
  2. Saluez toujours en direction du Shomen et du portrait du fondateur.
  3. Respectez vos instruments de travail. Le Keiko Gi (tenue d’entraînement) doit être propre et en bon état, les armes rangées lorsqu’elles ne sont pas utilisées
  4. Ne vous servez jamais d’un Keiko Gi ou d’armes qui ne vous appartiennent pas.
  5. Quelques minutes avant la pratique, vous devez être échauffé, assis en seiza, tous sur une même ligne. Ces quelques instants permettent à votre esprit de faire le vide, de se débarrasser des problèmes de la journée et préparent au cours.
  6. Le cours commence et se termine par une cérémonie formelle. Il est essentiel d’être à l’heure pour y participer, mais si vous arrivez en retard, vous devez attendre à côté du tatami jusqu’à ce que l’enseignant vous fasse signe de vous joindre au cours. Veillez lors de cette attente à ne pas perturber le cours.
  7. La façon correcte de s’asseoir sur le tatami est le Seiza. Vous pouvez toutefois vous asseoir en tailleur si une blessure vous empêche d’adopter cette position. N’allongez jamais les jambes et ne vous adossez jamais au mur. Vous devez rester disponible à chaque instant.
  8. Ne quittez pas le tatami pendant la pratique sauf en cas d’urgence (blessure, malaise, …), et après que l’enseignant vous y ait autorisé.
  9. Quand le professeur montre une technique, vous devez rester assis en seiza et regarder attentivement dans le plus grand silence. Après la démonstration, saluez un partenaire et commencez à travailler jusqu’à ce que le professeur vous dise d’arrêter.
  10. Dès que la fin d’une technique est annoncée, arrêtez immédiatement votre mouvement, saluez votre partenaire et rejoignez les autres pratiquants alignés en seiza.
  11. Ne restez jamais debout sur le tatami sans travailler. S’il le faut, restez assis en seiza au bord du tatami en attendant votre tour.
  12. Si, pour une raison ou pour une autre, vous devez absolument poser une question au professeur, allez vers lui sans jamais l’appeler. Saluez-le avec respect et attendez qu’il soit disponible (un salut debout suffit dans ce cas).
  13. Quand le professeur vous montre un mouvement en particulier pendant le cours, mettez-vous en seiza et regardez attentivement. Saluez-le lorsqu’il a terminé. Quand il corrige un autre pratiquant, vous pouvez vous arrêter de pratiquer pour l’observer. Saluez dans ce cas votre partenaire, asseyez-vous en seiza et observez attentivement. Lorsque l’enseignant a terminé son intervention, saluez-le et reprenez votre exercice.
  14. Respectez les autres pratiquants, tout particulièrement les plus gradés. Ne discutez jamais à propos de technique.
  15. Travaillez, soyez à l’écoute, et surtout ne tentez jamais d’imposer vos idées aux autres pratiquants.
  16. Si vous connaissez le mouvement et que vous travaillez avec quelqu’un qui ne le connaît pas, vous pouvez le guider. N’essayez par contre jamais de le corriger si vous n’avez pas au moins le grade de Yudansha (premier dan = ceinture noire) .
  17. Parlez le moins possible sur le tatami.
  18. Ne vous prélassez pas sur le tapis avant ou après le cours. Il est réservé à ceux qui désirent pratiquer.
  19. Le tapis devrait être balayé chaque jour avant les cours et en fin de journée. Chacun est responsable de la propreté du dojo.
  20. Il est interdit de manger, boire, fumer, mastiquer du chewing-gum sur le tapis et en dehors pendant la pratique ni sur le tapis à n’importe quel moment.
  21. Le port des bijoux est à proscrire pendant la pratique.
  22. On dit habituellement « Onegaï shimasu » (littéralement : je vous fais une requête, s’il vous plaît) au moment du salut du début du cours et « Arigatoo gozaïmashita » (merci) en fin de cours.
  23. Il convient de faire son possible pour respecter l’harmonie du dojo et donner de la plénitude à la pratique.

Pour ceux qui veulent en plus tous les détails entendus, croisés, supposés… voici un article wikipédia qui me semble assez bien renseigné.

Journée mondiale pour la PAIX

Comme vous le savez peut-être, le 21 septembre a été déclarée par l’ONU journée internationale de la paix. Chaque année des centaines d’organisations dans le monde célèbrent ce jour…


Comme vous le savez peut-être, le 21 septembre a été déclarée par l’ONU journée internationale de la paix. Chaque année des centaines d’organisations dans le monde célèbrent ce jour.

Dans le monde entier des pratiquants d’aikido inspirés par les valeurs de paix héritées de l’enseignement de Ô Sensei Morihei Ueshiba souhaitent prendre part à cette célébration : c’est l’occasion de souligner la conscience du public envers l’aikido en tant que pratique de réconciliation, de compassion et de non-violence.

Aiki Extensions, une organisation sans but lucratif dédiée à l’application des principes aïki en dehors des dojos, organise donc une « Semaine Internationale de Paix Aïki« .
Les Clubs d’aïkidos participants s’engagent à organiser ou diriger un ou plusieurs cours d’aikido mettant l’accent sur la paix la semaine du 20 au 26 septembre 2010.
Ces cours insisteront sur la manière d’apprendre à gérer les conflits pour réduire ou prévenir la violence.
Sur le site, une liste des dojos participants aide les personnes intéressées à trouver les dojos qui mettent en avant le message de paix véhiculé par l’aïkido : http://aikipeaceweek.org/
Notre club en fait bien sûr partie !

Stage à ne pas manquer !!!

« Il est important que notre pratique soit douce et constructive pour que l’autre ait confiance en nous et accepte d’aller dans la difficulté pour atteindre son seuil de sensibilité, qui lui donnera une connaissance approfondie des capacités de son propre corps. » Explique Philippe Gouttard sur son blog.

C’est en 1970 que Ph. Gouttard commence l’aïkido. Ses nombreux stages, en France et à l’étranger, lui font faire des rencontres déterminantes, notamment avec les maîtres Asai, Noro et Yamaguchi, et, bien entendu, Christian Tissier à partir de 1978, qu’il ne cesse de suivre depuis, en plus de ses réguliers séjours au Japon.

Aujourd’hui 6. dan et ostéopathe, Philippe Gouttard a l’impérieux souci d’allier l’aïkido à la connaissance et au respect de son corps et de celui du partenaire.

Son approche très sensible de notre pratique le pousse à proposer un aïkido à la fois très physiologique et très vivant. Ses « adeptes » se reconnaissent tout de suite à leur réactivité et leur souplesse. Je vous recommande donc – humblement – d’aller le rencontrer à Paris prochainement :

Fédération
FFAAA
Fédération FFAAA
Animateur(s) :
Philippe Gouttard

Type : Aïkido
Catégorie : Stage Privé

Date
Du Mardi 22 Février 2011 au Dimanche 27 Février 2011
Horaires
Mardi 22.II.11 : 19h00-21h00
Mercredi 23.II.11 : 19h00-20h30
Jeudi 24.II.11 : 20h00-22h00
Vendredi 25.II.11 : 19h30-21h30
Samedi 26.II.11 : 10h00-12h00 & 15h00-17h00
Dimanche 27.II.11 : 10h00-12h00
Adresse
Mardi : kodokan, Centre Sportif La Plaine, 13 rue du Gl Guillaumat 75015 Paris
Mercredi : Gymnase Manouchian 41, rue l’Ecuyer – Aubervilliers
Jeudi : cms pantin, Dojo du Gymnase Maurice Baquet – Pantin, 8 rue Honoré d’Estienne d’Orves
Vendredi : Dojo du Foyer des sportifs : 33 Quai Carnot – St Cloud
Samedi : Gymnase Manouchian 41, rue l’Ecuyer – Aubervilliers
Dimanche : Gymnase Manouchian 41, rue l’Ecuyer – Aubervilliers
Ville : Paris, Aubervillier, Pantin, St-Cloud
Infos
Tarif : complet : 100€
Week-end : 35€
Journée : 25€
Demi journée ou soirée : 20€

Stage ouvert à tous les licenciés FFAAA & FFAB.

Contact
Mail : infostage@kokyuho.org