Dialogue à deux inconnues – F. Noël

Il y a des années déjà, Frank Noël a publié un livre autour de l’aïkido et surtout autour de sa pratique : « dialogue à deux inconnues ».

Le texte m’avait plu à l’époque, alors en voici deux extraits, proposés sur le site de l’auteur : http://aikido.noel.pagesperso-orange.fr

Ces textes sont d’ailleurs accompagnés de belles photographies artistiques.

ELOQUENCE
Il faut rêver d’une pratique éloquente.
Qui saurait tout à la fois convaincre, éduquer et enthousiasmer, et ne laisserait, par la vigueur de son rayonnement, nulle zone de frustration, nul contentieux, nul malentendu.
Une éloquence qui saurait irradier toutes les situations, les aborder avec calme et méthode, mais aussi avec spontanéité et conviction.
Elle ne s’imposerait pas comme une clarté à l’intensité aveuglante, froide et forte de ses certitudes, qui assènerait ses techniques comme on lance des slogans, des vérités à l’expression pré-fabriquée, rigide, figée. Au contraire, elle serait de celles qui pensent tout haut, qui dévident le fil d’une pensée en devenir, qui connaissent la valeur du doute, son potentiel de rebond et sa puissance dynamique.

Cette pratique éloquente ne récitera pas ses gestes; elle les réinventera avec chaque interlocuteur, avec la persuasion de celui qui invite l’autre dans l’intimité de sa quête, à l’écoute de ses blocages et de ses hésitations, sachant accélérer là où l’espace est dégagé, et, au contraire, ralentir et attendre dans les tracés labyrinthiques, ne marchant pas du même pas sur les sols fermes et parmi les pièges bourbeux, prenant la peine de soutenir le comparse pour qu’il s’extirpe de ses ornières et reprenne sa liberté de penser, ou de bouger.
Elle saura tant et si bien le guider dans les méandres de sa pensée que, bien vite, l’auditeur la fera sienne, en même temps qu’il la découvrira, comme si depuis toujours elle l’habitait.
Cette éloquence, qui ravit de l’impression de s’entendre parler, qui transporte de faire découvrir ce qu’on savait déjà sans l’avoir vraiment démêlé, et dont on oublie instantanément qu’elle est le fait d’un autre, qui offre de voir défiler sa propre pensée dans les propos de l’autre, de se sentir subir son propre mouvement dans les gestes de l’autre.

D’une technique éloquente, Uke, loin d’être un faire-valoir ou un auditeur passif, sortira transporté de l’échange et ravi d’avoir été partie prenante dans cette création fugace d’un morceau d’